Rechercher
  • Duma di Bula

Une refonte de l’architecture des réseaux télécoms s’impose


Les saturations et les attaques des systèmes informatiques, qui vont jusqu’à paralyser les réseaux, continuent de poser des problèmes.


Comment, en effet, résoudre le problème de l’insuffisance de la bande passante, de la disponibilité du réseau et de la vulnérabilité des données une fois pour toutes ?

Ce sujet est sérieux pour les technologues comme pour les politiques qui bottent la plupart du temps en touche. Ainsi, on constatera que l’essentiel des technologues du numérique se concentrent sur les logiciels, les applications, etc… tandis que les politiques, eux, pour leurs efforts pour le numérique dans l’éducation par exemple, jettent leur dévolu sur ce qui est visibles, donc sur les terminaux.


La mauvaise architecture des réseaux des Télécoms à la base des saturations


Or le diagnostic sur le numérique à l’école révèle que les terminaux seuls (Ordi60, Ordinateur au lycée en Ile-de-France, le Grand Est, Ordival et même les ENT) ne suffisent pas. Car ces terminaux et environnements numériques reposent uniquement sur la connexion internet de l’établissement d’enseignement avec une externalisation de la quasi-totalité des données. Or la saturation, l’interruption, etc… de cette source d’internet signifie au mieux ralentissement pouvant aller jusqu’à l’interruption de l’accès aux données.




D’après le chercheur, Dr. Victor Agbégnénou, le problème de l’insuffisance de la bande passante, de la disponibilité du réseau et de la vulnérabilité des données ne se résoudra pas en maintenant l’architecture actuelle des réseaux de télécommunications. Car l’architecture actuelle est la source des congestions des réseaux entraînant des latences élevées et des dégradations de la qualité des services. Cette architecture rend aussi vulnérable les données, prive un très grand nombre d’usagers d’autonomie et de disponibilité en cas d’incidents au niveau des centraux ou sur les liaisons entre les centraux et les points de distribution. Elle a enfin, une empreinte carbone très élevée.


La solution RENAL SMART-80/20 pour en finir avec les saturations des réseaux


La solution RENAL SMART-80/20 de la société KA TECHNOLOGIES dirigée par le Dr. Victor Agbégnénou, qui a intégré le PWCS, RETICE et RENAC(cf.https://youtu.be/a8jbr5qBtEc /https://youtu.be/58KVOOf5cI8 /https://www.youtube.com/watch?v=sy4i9uQLe94), constitue une innovation que l’on peut qualifier de rupture primé par l’UNESCO parmi les meilleures innovations au monde portant sur le numérique dans le secteur de l’éducation. La technologie RENAL apporte un véritable renouveau à l’architecture dépassée des réseaux de télécommunications.


Le changement qu’apporte l’innovation RENAL consiste en la refonte de l’architecture des réseaux télécoms pour régler le problème de la congestion, de la vulnérable les données, de l’indisponibilité, et de la baisse de l’empreinte carbone.


19 vues