Le PWCS était pensé pour que :

 

I.   A partir du même dispositif imaginé dans les années 1995, il fut possible de transmettre simultanément en sans-fil la voix, les données et les images à des débits inégalés ! Il permettrait un déploiement à très grande vitesse et à des prix très compétitifs. Depuis qu’il a été inventé, il aurait fourni un réseau à des débits plusieurs fois supérieurs à ceux dont on se contente même 20 ans après !

II.   Apporter des solutions aux problèmes de l’époque. Il suffit de retourner en arrière dans les années 1990 pour se rendre compte :

- que le téléphone était encore essentiellement filaire

- que l’internet en France n’avait qu’un débit très limité

- qu’il n’y avait pas les boxes ADS.

- qu’avec l’avènement de l’ADSL, la situation de la bande passante s’est améliorée mais ne peuvent l’avoir que ceux qui ont de bons réseaux télécoms filaires ! L’Afrique a l’un des réseaux filaires des plus mauvaises qualités et des moins denses du monde. Conclusion, son internet doit être aérien, donc en sans-fil… mais avec quelles technologies ? Aujourd’hui encore en tout cas, l’Afrique est toujours tributaire de technologies budgétivores pour des services des plus médiocres… Par son choix, l’Afrique ne contribue essentiellement qu’à financer le développement des équipementiers qu’elle ne veut pas créer…

 

- que le téléphone mobile véhiculait essentiellement de la voix

- que quand il a fallu demander la transmission des données via le mobile (ensemble des services internet aujourd’hui), il a fallu passer par d’importants changements de plus en plus coûteux comme le GPRS, Edge, etc. pour arriver aux XG-LTE (1G, 1,5G, 2G … et bientôt 5G) de nos jours. Si la situation s’est améliorée par rapport au passé c’est au prix de très gros investissements que tous les pays ne peuvent se permettre à cause du niveau de vie. Et ces systèmes imposés appauvrissent d’avantage les plus pauvres…

- que quand bien même depuis peu, nous sommes sur les XG le problème du début reste toujours posé.

​​

IV.   Malgré son âge, le PWCS a encore de très beaux jours technologiques devant lui rien que par rapport à cette problématique du débit qui reste son secret non livré et non constaté pour le moment dans les technologies les plus avancées.

​​

V.   RETICE-PWCS, une innovation majeure pour le PWCS en solution numérique appliquée à l’éducation, santé, entreprise…